Bien être

Comment choisir une genouillère ?

Comment choisir une genouillère ?

Très utile pour maintenir l’articulation du genou lorsqu’elle est fragilisée, la genouillère a pour rôle de protéger les ligaments en stabilisant le genou lors de la reprise d’une activité ou suite à un traumatisme. Elle permet aussi de réduire la douleur dans de nombreux cas. Néanmoins, il existe de nombreux modèles et il est parfois difficile de faire son choix bien que celui-ci puisse être en partie au moins guidé par le médecin et le pharmacien. Petite revue des différentes genouillères existantes.

Quand le port d’une genouillère s’impose

De nombreuses pathologies peuvent nécessiter le port d’une genouillère. La plus fréquente étant l’entorse, celle-ci peut être légère auquel cas le port d’une genouillère peut être recommandé, mais se révélera indispensable lors d’une entorse grave. Certaines interventions chirurgicales peuvent également exiger le port d’une genouillère a posteriori comme lors une opération de rupture des ligaments croisés. D’autres pathologies bénéficient aussi de l’utilisation de ce type d’orthèse, on pensera notamment à l’arthrose lorsque celle-ci entraîne des douleurs dans les genoux, mais aussi aux problèmes de rotules qui s’ils sont rarement graves peuvent néanmoins se révéler très désagréables et à l’origine de douleurs plus ou moins conséquentes.

Les différents types de genouillères

Il existe une large gamme de genouillères pour pouvoir répondre aux besoins de l’articulation en fonction de son état, du stade du traitement et de la gravité de la pathologie. Ainsi, la genouillère ligamentaire est un modèle fréquemment utilisé dans le cadre de la réadaptation suite à une blessure grave ayant nécessité une immobilisation préalable, mais aussi dans le traitement des entorses bénignes. Ces modèles sont généralement utilisés lorsque les ligaments n’ont pas été abîmés en profondeur, c’est-à-dire juste étirés ou rompus, mais pas dans leur totalité. Il en existe deux variantes : la genouillère à sanglage latéral ou la genouillère articulée et équipée de renforts latéraux. La genouillère souple de maintien est utilisée plutôt dans le cadre de la prévention pour maintenir l’articulation en douceur et limiter le risque de récidives. Cette genouillère en textile élastique se porte lors de l’effort ou lorsque la douleur apparaît. Elle permet d’agir sur la proprioception qui est la faculté du système nerveux à détecter le mouvement pour déclencher l’activation des muscles entourant le genou pour le stabiliser et le protéger. Dans le cas d’une pathologie de la rotule, l’orthèse rotulienne est tout indiquée afin de guider le mouvement de l’articulation et la protéger lors d’une activité sportive indispensable. Enfin, à la suite d’une opération chirurgicale ou d’une entorse grave, il est souvent indispensable d’immobiliser l’articulation le temps de la cicatrisation des tissus. À cette fin, il est recommandé d’utiliser une attelle ou une genouillère rigide qui maintiendra l’articulation en extension tout en permettant la marche.

Bien être

Plus d'articles dans Bien être

Ghada Aboud : une journaliste, auteure de Bipolaire
29 décembre 2018